1er MAI : #construisons demain

1er mai

Ce que nous voulons, nous élus de la CFDT CA ANJOU MAINE pour garantir de travailler tout en préservant notre santé   :

être actifs dans la phase de déconfinement, être associés dans le plan prévu par la Direction car nous représentons l’ensemble des salariés : conditions de travail et conditions salariales, des enjeux dans cette période de crise.

Nous demandons :

  •  une organisation de l’entreprise en phase avec l’évolution de la situation sanitaire actuelle et à prévoir sur les mois à venir
  • des locaux,  mobiliers, climatisations et matériels adaptés à la situation actuelle pour préserver notre santé et la distanciation sociale dans les agences et dans les sièges
  • une limite du nombre d’entretiens présentiels des clients par jour par conseiller
  •  Le télétravail, audios à poursuivre quand cela est possible pour limiter les contacts et déplacements, et pallier à des problèmes organisationnels immédiats
  • des masques en quantité suffisante pour permettre l’accueil des clients et pour la sécurité de chacun dans l’entreprise au travail et dans les temps méridiens.  Nous sommes plus de 8h/j sur le lieu de travail
  • une étude des possibilité de restauration dans de bonnes conditions sur les sièges et dans les agences qui peut aussi permettre à certains prestataires de reprendre une activité
  • une attention à l’autre en respectant les personnes sensibles, malades et/ou ayant des problématiques personnelles
  • la mise en place d’une cellule d’écoute pour les collègues qui en ont besoin
  • une préservation du pouvoir d’achat et une garantie salariale pour l’effort supporté par tous : des chèques déjeuner suite à la fermeture des restaurants d’entreprise, notre rémunération actuelle a une forte partie aléatoire (REC, Intéressement).

Merci de nous contacter pour nous remonter vos demandes, vos interrogations, vos suggestions.

Ensemble, construisons demain.

COVID 19 : Pourquoi la CFDT s’abstient sur les jours de congés imposés ?

th-670x670-covid_web

Avis de la CFDT sur l’application de l’accord de branche sur la prise de congés 5 jours CP et 5 jours RTT sur mai et juin en Anjou Maine :
La réunion du 3 avril sur les mesures applicables en matière de congés en Anjou Maine suite à l’accord national n’évoquait pas la précipitation des mesures. Le mardi 7 avril au soir l’ensemble des congés sur avril et mai était posé.
La CFDT s’interroge sur l’empressement qui n’a pas été compris des collègues qui se trouvent dans des situations individuelles et collectives différentes. Cela a été générateur de stress et de fatigue inutile dans cette période où ils ne se préoccupent pas des congés. Lorsque vous êtes chez vous, vous êtes en confinement et pas en congé. « Ces congés » doivent être posés uniquement sur les périodes de confinement, donc ce n’est pas un choix, ni un souhait du salarié.

La CFDT aurait souhaité donner son avis en amont et ainsi proposer des solutions à la prise de ces congés tout en laissant le temps aux salariés dans ce contexte déjà compliqué pour eux.
La CFDT avait des questionnements qu’elle a envoyé par écrit sur le cas des personnes absentes de l’entreprise (absence garde d’enfants ou absence personnes fragiles). Ces personnes ont été appelées et sommées de poser 10 jours alors qu’elles verront des RTT et CP déduits en fonction des jours pris alors mêmes qu’elles sont en arrêt. Dans les roulements 50/50, nous avons des collaborateurs confinés les uns déclarés en confinement, d’autres en télétravail et d’autres déclarés en garde d’enfants. Quelle équité pour ces collaborateurs ? Les uns conserveront leurs congés les autres non.
Nous comprenons l’importance de la solidarité mais nous trouvons la méthode inappropriée et manquant de concertation dans la caisse. De plus il est fort probable que financièrement l’impact sera aussi lourd pour les salariés tant sur la REC que sur l’intéressement.
Enfin la CFDT est surprise du peu de rôle laissé aux instances dans la gestion de cette crise sanitaire !
Pour toutes ces raisons, la CFDT s’abstiendra.

L’avis global du CSE est favorable avec le SNECA argumentant le bien fondé de l’accord et une préservation du pouvoir d’achat des salarié

COVID 19 : un accord de branche pour les jours de congés

L’accord final, ce que nous avons obtenu :
– Possibilité pour les directions d’imposer des congés uniquement dans le cadre d’un plafond global de dix jours de congés en tout (5 jours de congés payés et 5 jours de RTT dans la limite des jours acquis), avec un maximum de 5 jours en avril et de 5 jours en mai. Le plafond global est diminué des jours déjà posés par le salarié entre le 16 mars et le 31 mai. Ainsi si un salarié a déjà posé une semaine en avril ou en mai, la direction ne peut plus lui imposer qu’une semaine sur les deux mois ( le même mois, ou pas)
– Maintien de l’intégralité du salaire conventionnel pour tous les salariés dont les salariés en garde d’enfant, personnes « à risque », et personnes maintenues à domicile par précaution
– Préconisation de la FNCA à toutes les entités afin qu’elles neutralisent les effets des arrêts des personnes concernées au point précédent en ce qui concerne la REC et l’épargne salariale
– Possibilité de maintien du dispositif, garanties de salaires et 5 jours supplémentaires en juin si le confinement se poursuit, ou avec une interruption progressive maintenant des baisses d’activité

th-670x670-covid_web

 

Ce que prévoit la loi, ce qui pouvait s’appliquer :

– Possibilité donnée aux directions de recourir unilatéralement à l’activité partielle (appelé fréquemment chômage partiel) avec un salaire limité à 84% du net.

– Possibilité aux directions de poser unilatéralement 10 jours de congés, en piochant dans les jours de RTT, de CET et les jours de repos des cadres au forfait

– Possibilité, avec un accord de branche ou d’entreprise, de poser unilatéralement 5 jours ouvrés de congés payés. (Ce qui porte le nombre de jour de congés à la main de l’employeur à 15, avec les jours du point précédent)

Non garantie par la FNCA, après 30 jours, du salaire intégral pour les salariés en garde d’enfant, personnes « à risque », et personnes maintenues à domicile par précaution

L’accord que proposait la FNCA, ce qui pouvait s’appliquer :

– Possibilité de poser 15 jours (10 RTT et 5 congés payés) de congés sur avril et mai, 10 en avril et 5 en mai.

– Garantie des salaires pour les salariés cités plus haut, si signature de l’accord avec le point ci-dessus

Covid-19 :votre équipe CFDT reste à votre écoute

La Direction est en cellule de crise depuis plusieurs semaines. A ce matin, le 16 mars les instances syndicales  CSE et CSSCT n’ont pas été réunies exceptionnellement sur le sujet.

La CFDT a demandé des informations fin février sur les dispositions prises par l’entreprise, suite à l’arrivée de collègues revenant d’Italie. Notre représentante de la CSSCT a également posé des questions. Mais la CSSCT n’a pas demandé de réunion exceptionnelle avant la crise que nous connaissons maintenant.

La CFDT regrette le manque d’anticipation et de concertation avec les instances sociales sur un sujet qui apparait comme primordial pour les salariés et leur santé.

Depuis les élections, il y a un an,  nous rappelons que nous ne disposons que de quelques élus CFDT au CSE et d’une seule élue en CSSCT. Cela a été la volonté des salariés de choisir le SNECA comme 1er syndicat de notre entreprise. Il faut aujourd’hui constater le bilan.

Nous participons donc aux réunions mais nous ne sommes pas à la manœuvre pour exiger de travailler sur les sujets importants dont le covid-19 qui est dans tous les esprits aujourd’hui.

La CFDT reste à votre écoute, n’hésitez-pas à nous contacter sur les difficultés rencontrées dans la période.

Prenez soin de vous et de vos proches

l’équipe CFDT

GREVE DU 17 DECEMBRE RASSEMBLEMENTS CFDT PAYS DE LA LOIRE : Angers, Le Mans, Laval

 

Suite aux annonces du premier ministre, la CFDT a déclaré que des lignes rouges étaient franchies (notamment concernant l’âge pivot). Le Bureau National CFDT a décidé de montrer au gouvernement qu’on ne pouvait pas en rester là.
La première organisation syndicale française appelle donc TOUS ses adhérents à descendre dans la rue pour peser sur le gouvernement.
Pour défendre notre vision et nos revendications pour une réforme des retraites qui apporte de la justice sociale, nous devons être le maximum présents dans les cortèges CFDT.

Aujourd’hui rendez-vous de la CFDT avec le gouvernement…